Espace Pandora
 
#6 - La lettre d'info 100% poésie
 
Allez, allez, les amis et les amies, une nouvelle fois :

Place au poème !

La poésie au-delà de toute consommation
et le poème s’achève sur une sorte d’appel
La poésie ultime refuge
porteuse d’une grâce primitive
valeur suprême et inviolable
La poésie contre toute société

de la richesse et de l'accumulation

Avec vous, plus que jamais, pour prendre l’air
LA POÉSIE CONTRE TOUTE ATTENTE !
                                                                                                                                           Thierry Renard
 
 
À Luc Warneck
Patiences du sculpteur de temps
 
Tout le temps est là
 
Sièges où trônent les siècles ils s'y font de nos rêves de corps quand nous projetons nos images d'assis sur la matière vivante nous la plions alors à notre image et à tous les rêves que nos images portent trainent accueillent drainent accrochent
 
Sièges défaits de nos corps jusqu'à la mort jusqu'à l'éclatement désarticulés gisants dérisoires figures de corps disloqués au bas de quelque décharge machines usées ridiculement lascives chargées de fausses promesses faux espoirs abandonnées délaissées sur un trottoir incertaines trônes pourtant que rien ne peut déchoir portant des temps plus lourds fiers de tous les corps vautrés affalés perdus
 
Tout le temps est là
 
Sièges où dialoguent les temps hommes œuvrant pour leur donner forme scie serpe rabot mèche rape trusquin varlope herminette ciseau maillet vilebrequin guillaume objets de patience et de calme (tout le temps est là) est-elle fortuite la rencontre entre un pied tourné et un dossier à la lyre un barreau de ce siècle et un montant de l'autre conjugaison aléatoire des douze pièces de la chaise année de bois que le temps éparpille et que rassemble l'art
 
Patience encore
 
Tout le temps est là
 
dans la violence (lente -mais violence-) des nécessités végétales et minérales - herbes feuilles ronces assauts saisonniers de la terre écumes prurits larves vers grouillements vie silencieuse secrète inexorablement renaissante et sans cesse présente de toutes parts poussant ou comme immobile dansant caressant l'air à l'entour l'embrassant l'enserrant l'encerclant et durcissant en cercle embrassade caresse danse arbres sans cesse ils brassent leurs ramures ils n'occupent pas l'espace ils le créent
 
Sièges où s'unissent les temps des hommes leurs rêves et celui de la terre
Patience encore
Terre -pierres en elles-mêmes envolées- lentes- squelette de l'eau qui du dedans pousse les herbes les feuilles les ronces les arbres et nous-mêmes constructions d'eau qui portons nos roches en dedans suc ralenti de l'arbre tout le temps est là qui s'y terre
 
Patience:
saisir le temps ce n'est pas le savoir c'est l'apprendre
non le chercher- le construire
 
Raphaël Monticelli
mai-juin 87
(Sur des œuvres de Luc Warneck, in catalogue de l’exposition de l’artiste centre culturel de la paix d’Hiroshima, 1987)
 
 
"Je vis avec des idées d’herbe, des notions de grands espaces, des enivrements de sauvagerie, des déflagrations de liberté, mais au vrai, je vis sous la carapace du tremblement. "
 
Louis Calaferte, Limitrophe
 
 
 
Si tu veux… - Bruno Doucey
 
Si tu veux retrouver
la trace de tes pas
 
va
 
là où tu n’es
jamais allée
 
noue un pacte
avec l’inconnu
 
et cherche ton visage
à la fenêtre
 
Si tu veux
comprendre ta vie
 
écoute
 
les langues inconnues
qui bruissent en toi
 
scrute les glyphes
du silence
 
et verse le vin noir
du mystère
 
sur l’eau claire
de ton sourire.
 
Lettre d'un soldat - Sandrine Davin
 
Sur un sol nauséabond
Je t'écris ces quelques mots
Je vais bien, ne t'en fais pas
Il me tarde, le repos.
Le soleil toujours se lève
Mais jamais je ne le vois
Le noir habite mes rêves
Mais je vais bien, ne t'en fais pas…

Les étoiles ne brillent plus
Elles ont filé au coin d'une rue,
Le vent qui était mon ami
Aujourd'hui, je le maudis.

Mais je vais bien, ne t'en fais pas…

Le sang coule sur ma joue
Une larme de nous
Il fait si froid sur ce sol
Je suis seul, je décolle.

Mais je vais bien, ne t'en fais pas…

Mes paupières se font lourdes
Le marchand de sable va passer
Et mes oreilles sont sourdes
Je tire un trait sur le passé.

Mais je vais bien, ne t'en fais pas…

Sur un sol nauséabond
J'ai écrit ces quelques mots
Je sais qu'ils te parviendront
Pour t'annoncer mon repos.
Je suis bien, ne t'en fais pas…
 
 
 
Quel est ce cri… - Stéphane Juranics
 
quel est ce cri
à peine audible dans la nuit
il faut se taire
pour entendre son écho
s’élever sans fin
jusqu’au silence du firmament
est-ce lui que l’on perçoit
dans le murmure des grillons
dans le froissement des feuilles de tilleul
ou dans le chant des chardonnerets
annonçant l’aube des longues journées d’été
annonçant l’ombre des longues journées d’attente
 
Bientôt - Valérie Durif
 
Une calme fatigue enivre les témoins du crépuscule. Bientôt, la froideur de la nuit. Trouver, vite, sécurité du gîte. Le sommeil bercera les dernières peurs du jour. Rêves en belle légèreté. Chaleur heureuse du lit. Il faudra, demain, retourner dans les givres de l’aube. Oublier la tendresse du sérail des étoiles. Firmament joyeux. Maintenant, avancer dans les silences du petit matin. Pas qui se traînent, manque de courage. Réchauffée par des sourires naissants, compagnons d’infortune de l’aurore. Le tramway emmène son monde vers l’ailleurs. Où tout devient travail harassant. Et, tenter de rêver, tout le jour durant, aux beautés de la voie lactée.
 
Espace Pandora
CONTACT
 
Espace Pandora - Agitateur poétique
8 place de la Paix, 69200 Vénissieux
 
Facebook
 
 
Cet email a été envoyé à dgen@culture-pour-tous.fr.
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur Espace Pandora.
 
 
Envoyé par
SendinBlue
 
 
© 2020 Espace Pandora